Les principes de la création d’un site web

Les principes de la création d’un site web

Produire un site Internet sur-mesure n’est pas une chose aisée, il y a beaucoup d’étapes à franchir avant d’obtenir un résultat professionnel. C’est pourquoi, il est indispensable de suivre une méthode.

1. Définir ses objectifs

La création d’un site web est censée répondre à un besoin précis : assurer sa présence en ligne, promouvoir ses produits/services, générer des ventes en ligne… Avant de créer un site, il est indispensable de bien définir son ou ses objectifs, pour optimiser son investissement.

Créer ton propre site te permettra d’atteindre un ou plusieurs objectifs donnés. Par exemple, donner de la visibilité à ton entreprise, mettre en avant tes divers produits et/ou services, ou encore faire du e-commerce. 

Il te faudra bien clarifier ta démarche. Ce qui suppose de se poser les bonnes questions. Pourquoi veux-tu créer un site internet ? Dans quel but ? Quelle est ta cible ? À partir des réponses à ces questions tu obtiendras un projet cohérent, qui va te permettre de définir le cahier des charges et l’architecture de ton futur site. 

Pourquoi créer un site ?

Pourquoi as-tu besoin d’un site internet est la première question que tu dois te poser.  Tu peux avoir besoin d’un site vitrine qui présente succinctement ton entreprise, son activité et son offre en quelques pages. C’est là un excellent moyen d’assurer une présence en ligne, et d’attirer des prospects.

Tu peux aussi développer tes ventes, en créer un site « marchand » offrant la possibilité aux clients de passer depuis ton pays ou aussi depuis l’étranger, leurs commandes en ligne, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Le tout est de bien formaliser ton besoin au départ.

Pour quelle cible ?

Un site web est un outils de communication, il est donc largement préférable de savoir à qui on veut s’adresser avant toute chose. Ensuite tu devras adapter ton niveau de langage en fonction de ton public afin d‘avoir une chance de capter l’attention et de délivrer un message compréhensible. 

Tu dois garder à l’esprit que les internautes sont très sollicités et peuvent facilement abandonner ton site pour un autre. À toi donc de savoir quel contenu correspond aux personnes que tu désires atteindre. La définition des cibles est très cruciale, elle va conditionner toutes les étapes suivantes et particulièrement l’étape du référencement naturel

Avec quels moyens ?

Cette question paraît moins évidente, mais s’avère toute aussi nécessaire que les autres. Sa réponse découle d’ailleurs souvent des réflexions précédentes. Elle doit s’inscrire dans une perspective  de moyen-long terme. Car s’il est nécessaire d’investir, au départ, dans la conception d’un site internet, il est tout aussi important de le faire vivre, l’animer et le gérer au quotidien. Tu dois donc te poser la question du budget que tu souhaites consacrer à la création de ton site et aussi des moyens humains que tu comptes affecter à cette tâche. Qui va s’occuper du site une fois lancé ? Qui va répondre aux requêtes des visiteurs ? Vas-tu mobiliser des ressources en interne ? Ou confier ces tâches à un prestataire ? 

2. Le choix d’un prestataire

Certains critères permettent de sélectionner le fournisseur précis qui sera le mieux habilité pour la prise en charge ton projet. Ensuite, la série de question qui suit te permettra de t’assurer de son sérieux et de ses compétences.

Les critères de choix

Plusieurs critères permettent d’évaluer d’une façon assez fiable le sérieux d’un prestataire :

Le temps de réponse à une première demande de devis de création de site web est déjà un indicateur intéressant : au-delà de 48h, le prestataire n’est probablement pas intéressé ou suffisamment bien organisé pour prendre en charge la demande ;

A l’inverse, un empressement trop prononcé à faire signer un devis est plutôt mauvais signe ;

Le soin apporté à la préparation du devis, et sa personnalisation en fonction des demandes précises du client est un autre détail important ;

Un cahier des charges même détaillé au minimum permet de cerner rapidement la capacité technique du prestataire à satisfaire la commande, et sera utilement joint à la demande de devis ;

Une maquette, c’est important, mais cela ne saurait faire figure d’indicateur pertinent sur la qualité de la réalisation finale du site, tant les fonctionnalités et la technique peuvent faire évoluer ce modèle ;

Consulter le site internet même du freelance ou de l’agence doit permettre de se faire une idée de ses compétences ;

Le nombre de références mis en avant est également un critère, encore faut-il chercher à savoir si le travail réalisé à ces références correspond effectivement à la commande envisagée ;

Une recommandation, un témoignage direct valent mieux qu’une référence « muette » : contacter ces références permet de se faire une idée plus précise de la qualité du travail ;

L’entreprise doit être en bonne santé financière pour ne pas abandonner le client en plein milieu d’un projet en cas de difficultés extérieures ;

La proximité est également, même aujourd’hui, un critère clef : si le prestataire est géographiquement éloigné et qu’un rendez-vous en face à face est impraticable, une réactivité au téléphone et par e-mail est un indicateur pertinent…

Les questions à poser

A défaut de cahier des charges, ou mieux, en complément, il est essentiel de poser les bonnes questions au prestataire pour mieux évaluer sa capacité à effectivement répondre à ses attentes.

La substance des réponses est évidemment importante, mais il est tout aussi important de voir si le prestataire aura lui aussi des questions à poser, démontrant son intérêt pour le projet spécifique du client. Cette attitude doit en tout cas être comprise comme bien plus rassurante que celle d’un commercial qui donnerait uniquement de brèves réponses allant systématiquement dans le sens des attentes du client.

Voici une liste, évidemment non exhaustive, de questions à poser :

–    Quel sont les types de sites réalisés ?

–    Quels étaient les objectifs recherchés pour tel projet ?

–    Quel est le niveau des fonctionnalités intégrées ?

–    Quels étaient les délais de réalisation ?

–    Quelle est l’expérience du freelance ou de l’agence ? Depuis quand exerce-t-il ?

–    Quel est le statut de son entreprise ? Quand a-t-elle été créée ?

–    Une expertise spécifique est elle à faire valoir ?

–    Quelle est la politique de garantie et de maintenance une fois la livraison effectuée ?

–    Qui sera effectivement propriétaire du site, et quand ?

–    Le site disposera-t-il d’une interface d’administration aisément accessible au client ?

–    D’un design dit « responsive » ?

–    De rapports mensuels de référencement ?

–    Quelle est la politique commerciale en cas de retards de livraison ?

3. Le choix d’une technologie

Avant de faire ton choix, il te faut connaître les différentes options possibles :

  • Les CMS (« Content Management System ») permettent de gérer le contenu de son site soi-même. Ils utilisent des modèles de sites, appelés thèmes, dont l’on peut modifier une partie du design (couleurs, images, position, etc) et le contenu. L’utilisation d’un CMS est accessible à chacun sans avoir besoin de savoir coder. Cependant l’interface et les vastes options et techniques de mise en place du site nécessitent une bonne prise en main. Les principaux atouts des CMS sont la rapidité de leur mise en place et la présence d’une plateforme administrateur déjà existante.
  • Les frameworks sont littéralement des cadres de travail respectant des règles prédéfinies et où le développeur fait appel à des modules qui sont des bouts de codes réutilisables et faits pour être adaptés à tous les projets. L’utilisation d’un framework nécessite de maîtriser la programmation informatique mais aussi de connaître tous les modules nécessaires existants. Les grands avantages des frameworks sont de pouvoir réaliser un site selon ses envies, sans limite, et de disposer d’un nombre important de fonctionnalités.
  • « From scratch » est la solution la plus basique, elle consiste à développer le site en partant de zéro. Sans aucun cadre de travail ou code déjà existant. 

4. Le choix d’un hébergement

Le choix en matière d’hébergeurs est assez large, voyons ici quels sont les critères importants à prendre en compte avant de te décider :

  • la fiabilité
  • le SAV
  • la technologie
  • l’emplacement des data centers
  • la spécialisation

La fiabilité

La fiabilité de l’hébergeur se mesure par la disponibilité du serveur, exprimée en pourcentage de la durée totale de location.

Par exemple si tu loues un serveur sur un mois de 30 jours, le nombre total d’heures de location est 30j x 24h = 720h. Donc si l’hébergeur prévoit d’effectuer 1h de maintenance sur le serveur, la disponibilité du serveur sera de (720h – 1h de maintenance) / 720h = 99.86%.

L’hébergeur va te garantir un pourcentage de disponibilité dans le contrat de location, celui-ci s’exprime en nombre de 9 :

  • 99% (ou deux 9, mauvais),
  • 99.9% (ou trois 9, ok),
  • 99,99% (ou quatre 9, bon).

À ce niveau tu devras vérifier qu’on te propose au moins trois 9 (99.9%) et que ceux-ci soient garantis dans le contrat.

Le SAV

Le service après vente de ton hébergeur est clé car c’est de lui que tu dépendras pour remettre en ligne ton site en cas de problème sur le serveur.

Les points à vérifier ici sont les horaires d’ouverture de la hotline, son coût, et la réactivité en cas d’urgence.

La technologie

Il n’y a généralement pas de grandes différences d’un hébergeur à l’autre concernant les technologies supportées, vérifie tout de même qu’on te propose au minimum :

  • 50 Go d’espace disque
  • 10 Go de stockage base de données MySQL
  • quelques adresses emails
  • un accès FTP sécurisé pour pouvoir importer des fichiers
  • un support PHP et WordPress

Autre point de détail sur la technologie, au moment de créer ton compte chez l’hébergeur on te demandera surement de choisir entre un serveur Linux et Windows, cela peut paraître surprenant si tu es utilisateur de PC, mais dans 99% des cas Linux sera mieux adapté (et moins cher). En cas de doute demande à l’agence qui s’occupe de la création de ton site internet.

L’emplacement des data centers (centres de données)

L’emplacement des data centers (centres hébergeant les serveurs) est important pour 2 raisons :

  • la protection des données personnelles
  • la vitesse de chargement

Je ne vais pas entrer dans le détail concernant la protection des données personnelles. Sache simplement que les lois de protection des données personnelles sont très strictes, et que si tu collectes des données sur tes visiteurs, cela doit se faire avec leur accord et dans la plus grande transparence.

Concernant la vitesse de chargement, le problème est assez simple : les données se déplacent à une vitesse fixe dépendant du mode de transport (vitesse de la lumière pour la fibre par exemple), donc mécaniquement plus tes serveurs sont éloignés du poste de l’internaute et plus la connexion est lente. Ici pas besoin de faire une fixation trop grande sur l’emplacement, assure-toi simplement que les serveurs soient situés dans ton pays de résidence ou dans un pays voisin. 

La spécialisation

Le dernier critère selon moi est la spécialité de l’hébergeur. Certains hébergeurs sont spécialistes du cloud et ne font que cela, d’autres se démarquent plutôt sur les formules d’hébergement mutualisé et dédié.

Mon conseil est de choisir ton hébergeur en fonction de sa spécialisation afin de profiter pleinement de son savoir faire.

5. La rédaction d’un cahier des charges

C’est une étape cruciale pour ton projet. Ton cahier des charges doit être complet, tout doit y figurer: objectifs, cibles, organisation du site, développements spécifiques, choix de la technologie, rôle de chacun, planning… Plus ton cahier des charges sera précis, plus les chances de succès de ton projet seront grandes. Prend tout le temps utile pour cette étape.

6. L’intégration des contenus, la rédaction

Ton contenu peut être rédigé et/ou intégré par toi ou par la structure qui s’occupe de la création de ton site. La rédaction des contenus va impacter la performance commerciale de ton site mais également son référencement. Il s’agit donc de bien définir « qui fait quoi » et dans quels objectifs. Si tu dois par exemple intégrer toi-même tes produits dans un site e-commerce, sois prévoyant: ce travail peut être très long. Dans ce cas, vérifie si tu peux fournir à la structure un fichier d’export de type Excel, celle-ci se chargera alors d’injecter ta base de donnée produits sur ton site.

7. L’optimisation technique pour le référencement

Une bonne optimisation technique du site pour le référencement (site SEO friendly) permettra aux moteurs d’indexer ton site de façon optimale. Pour certaines expressions peu ou moyennement concurrentielles, ce travail, doublé de contenus pertinents et riches, permet à ton site d’obtenir des positions « gratuitement » dans le référencement naturel.

Lire aussi

Expert en Stratégie Digitale, développeur full stack web & mobile depuis plus de 10 ans, je suis passionné par les technologies numériques, l’innovation et l’entrepreneuriat.

Laisser un commentaire