Harmony OS, cinquième système d’exploitation le plus populaire d’ici 2020

Harmony OS, cinquième système d’exploitation le plus populaire d’ici 2020

Après le fameux “blocus” dont Huawei a été victime, le géant chinois tente de s’en sortir en créant son propre OS, afin de ne pas s’inquiéter d’éventuels problèmes avec la certification de ses nouveaux modèles de smartphones. Connu que de nom depuis plusieurs mois, personne aujourd’hui ne sait exactement quelle différence on pourra noter entre ce nouveaux système d’exploitation mobile et ceux déjà connu du public. Malgré le silence total des médias, les dirigeants de Huawei sont confiants quant au succès de ce nouveau firmware.

Par exemple, plus récemment, la vice-présidente des affaires publiques de Huawei, Joy Tan, a déclaré: “Harmony OS est un système d’exploitation léger avec un potentiel puissant. Comparé aux autres systèmes d’exploitation sur le marché, il inclut beaucoup moins de lignes de code, ce qui le rend plus sûr.” selon elle Harmony OS serait imbattable en terme de sécurité et de rapidité. Une édition majeure de Counterpoint Research prévoit également que d’ici la fin de 2020 Harmony OS deviendra le cinquième système d’exploitation le plus populaire devant Linux et sa part du marché mondiale atteindra 2%. Bien que la classification actuelle de l’OS comprenne : 39% pour Android; 35% pour Windows; 13,87% pour iOS; 5,92% pour MacOS; et 0,77% pour Linux.

Le système d’exploitation Harmony OS a été lancé en août 2019. Il utilise le concept de “microkernel”, qui est différent du “macrokernel” sur Android et autres systèmes. Cette philosophie permet à Harmony OS d’être installé sur une variété d’équipements, fournissant une communication interprocessus plus rapide que le micro-noyau, comme le système d’exploitation inédit Google Fuchsia, ainsi que l’allocation des ressources en temps réel.

Expert en Stratégie Digitale, développeur full stack web & mobile depuis plus de 10 ans, je suis passionné par les technologies numériques, l’innovation et l’entrepreneuriat.

Laisser un commentaire